"Horizon AM cherche de plus en plus de partenaires experts pour se diversifier" article de Magazine Décideurs

02 octobre 2019

Horizon AM soufflera dans quelques semaines ses dix bougies. L’occasion de faire le point sur le chemin parcouru et la stratégie déployée par cet acteur du private equity immobilier.

Décideurs. Pouvez-vous nous présenter Horizon AM ?

Arnaud Monnet : Horizon AM est une société de gestion qui fait partie du groupe Horizon, véritable plateforme intégrée de services comprenant également la société de conseil et de suivi d’opérations immobilières, Horizon Engineering, et son entité experte dans le pilotage commercial des programmes immobiliers, Horizon Service. Nous nous positionnons sur l'ensemble des phases d'une opération : conception, financement, maîtrise d'ouvrages et commercialisation. Notre intervention dans tous ces postes clés nous assure une maîtrise de la chaîne de valeur de l'immobilier et renforce ainsi la sécurisation de nos investissements. Nous accompagnons les promoteurs et les marchands de biens dans le secteur de l’habitat au sens large en les finançant, ce qui fait d’Horizon AM un acteur du private equity immobilier. Depuis notre création il y a près de dix ans, nous avons levé 120 M€ de capitaux pour financer plus de 90 projets. Une dizaine ont été conduits en Allemagne et le reste en France avec un focus sur l’Île-de-France. Néanmoins, nous intervenons de plus en plus en province grâce aux partenariats que nous concluons avec des promoteurs locaux de confiance. Les opérations sur lesquelles nous prenons position totalisent une trentaine de logements en moyenne. Nous privilégions des projets qui se réalisent sous 24 à 36 mois. Nous regardons des dossiers allant de 1 M€ à 30 M€. Nous cherchons un rendement annuel de nos capitaux investis supérieur à 10 % et nous avons recours à un effet de levier de la dette très limité. Nous cherchons des financements bancaires seulement si nous avons créé de la valeur dans une opération et avons besoin de libérer du cash pour investir dans une autre.

Quelle est votre stratégie de développement ?

A.M. : Nous cherchons de plus en plus de partenaires experts pour nous diversifier sur le territoire et dans différentes classes d’actifs. Nous avons ainsi créé des joint-ventures avec des acteurs spécialisés pour développer des maisons médicalisées ou pour intervenir dans la création d’écoquartiers en ossature bois. Notre leitmotiv consiste à répondre aux besoins non satisfaits et à suivre l’évolution des usages. Du point de vue géographique, nous avons de l’appétit autour de Marseille, Aix-en-Provence, Lyon, Saint-Etienne, Bordeaux… Nous voulons également dupliquer notre stratégie au niveau paneuropéen. Nous avons d’ores et déjà conduit une opération en Espagne et une autre au Portugal. A l’heure actuelle, le groupe Horizon a noué une dizaine de partenariats avec des opérateurs.

Qui sont vos investisseurs ?

A.M. : Les investisseurs privés et les fondés dédiés aux investisseurs représentent 40 M€ des 120 M€ de capitaux collectés par Horizon AM depuis sa création. Le solde a été levé auprès d’investisseurs institutionnels de type mutuelle, caisse de retraite et assureur.

"En matière de développement durable, le maître mot est l’innovation. Nous comptons l’appliquer en travaillant les usages dans les bâtiments" Quelle est votre approche en matière de développement durable ?

Cédric Nicard : Horizon AM a l’ambition d’aller au-delà de la démarche ISR traditionnelle. Pour ce faire, la société de gestion s’est donné les moyens d’intégrer cette approche dans les métiers. La maîtrise de la chaîne de valeur d’une opération immobilière nous permet également d’avoir une démarche durable proactive auprès des opérateurs. Ces derniers sont choisis pour leur expertise et nous sélectionnons ensuite les opérations que nous finançons en fonction des impacts positifs potentiels.

Dans ces conditions, quelle est la stratégie du fonds Horizon Impact qui a démarré sa collecte en avril dernier ?

C.N. : Nous ne changeons pas notre processus de sélection des projets. Par contre, nous nous donnons la capacité d’aller mesurer l’impact des opérations dans lesquelles nous investissons. Nous avons structuré une démarche pour noter de manière extra-financière les points forts et les points faibles de chaque projet et cherchons à matérialiser les gains. Le fonds Horizon Impact ambitionne de lever 100 M€ dans un premier temps. C’est une taille adaptée aux attentes de nos investisseurs et à nos capacités de suivi des projets.

Quelles sont les ambitions d’Horizon à court et moyen termes ?

A.M. : Nous espérons nous approcher des 200 M€ de capitaux collectés depuis notre création d’ici la fin du premier semestre 2020 et atteindre le cap des 500 M€ dans cinq à six ans. Si nous y parvenons, le groupe Horizon devrait compter une centaine de collaborateurs.

C.N. : En matière de développement durable, le maître mot est l’innovation. Nous comptons l’appliquer en travaillant les usages dans les bâtiments. C’est dans cet esprit que nous soutenons, par exemple, le développement des maisons médicales et les micro-crèches afin de lutter contre la désertification des centres-villes.

A lire sur Magazine Décideurs
Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.
Plus d' informations Ok Je refuse